Edito n°3 sur la messe

Après la messe : comment je prolonge ?

Témoignage

Nous sommes dimanche…
Je me suis préparé pour vivre cette rencontre communautaire et personnelle avec notre Seigneur
au cours de la messe. Je l’ai reçu, Lui, qui s’offre entièrement à nous et je lui ai ouvert la porte de
mon cœur, désireux de l’accueillir du mieux possible.
J’ai manifesté ma joie en chantant avec vous, nous avons partagé la paix que nous recevons de Lui
et nous avons vécu ensemble le miracle Eucharistique dont je ne saurais définir l’ampleur.
J’ai envie de prolonger cet instant où nous sommes si proche, parfois sans même nous en rendre
vraiment compte, de ce Dieu dont nous ne pouvons pour l’instant qu’imaginer l’étendue de l’amour
qu’il nous porte à tous et à chacun.
Je veux retenir le temps en offrant encore quelques instants pour rendre grâce et profiter de la
présence du Seigneur qui a tant à nous offrir et qui aime a le faire.
Je prends juste le temps, de dire encore “merci” et “je t’aime” en regardant le tabernacle où il ré-
side pour nous.
Ces courts instants d’intimité avec Jésus, j’en suis convaincu, sont des moments précieux au cours
desquels nous pouvons prolonger le cœur à cœur qui nous est offert de vivre pendant la messe.
J’aime faire durer ce moment de grâce, méditer encore et laisser croître cette paix intérieure qui
m’habite.
La messe me semble être un temps ou Terre et Ciel se retrouvent au pied de la croix du Seigneur,
pour l’honorer ensemble.
J’aimerais rester là toujours et jouir de sa présence et de sa tendresse, demeurer sous son regard
et sa protection.
Nous sommes dimanche…
Dans quelques heures je pourrais le retrouver ici même pour l’adorer et lui redire combien je l’aime
dans un élan de l’âme au cours de ce nouveau rendez-vous.
Je me rends compte de la chance qui nous est donnée et si parfois ces moments me paraissent
moins fertiles je sais que le Seigneur est à l’œuvre ; alors je lui ouvre en grand la porte de mon
cœur, je lui offre ma confiance et ce que je suis.
Je m’offre tout entier moi qui suis fragile et tout petit, et je vis pleinement cet instant de paix.
J.V.

 

Enseignement : devenir le corps du Christ

En Théologie, dans chaque sacrement il y a 3 niveaux : un rite, l’effet ecclésial et l’effet sancti-
fiant. Pour l’eucharistie le rite ou sacrementum c’est le pain et le vin, l’effet ecclésial ou res et
sacrmentum c’est la présence réelle, enfin, l’effet sanctifiant ou res tantum c’est devenir le corps du
Christ, la communion ecclésiale. La finalité de l’eucharistie c’est la communion ecclésiale de tous
ceux qui sont sanctifiés par leur communion au Christ ainsi présent.
Ces aspects sont liés à la nature de l’Eucharistie. D’une part, le Christ se rend présent par le
pain et le vin consacrés pour que son unique sacrifice soit actualisé dans la célébration eucharis-
tique. D’autre part, la fécondité de ce sacrifice se manifeste dans le mystère de l’Église qu’exprime
toute célébration eucharistique.
Communier au corps du Christ n’est pas de l’ordre de la dévotion personnelle mais un vrai acte
de communion ecclésiale, plus nous recevons le corps du Christ plus nous sommes unis à son corps
qu’est l’Église dont nous sommes membres.

Pistes concrètes

Afin de prolonger la messe du dimanche, il y a des moyens très concrets :
• Messes de semaine : la participation à la messe de semaine (moins d’une ½ h) nous aide à vivre
la messe du dimanche
• Adoration du St Sacrement : prendre du temps de prière devant le Christ réellement présent
nous aide à l’accueillir lorsque nous commuions chaque dimanche.
• L’action de grâce : si Eucharistie veut dire action de grâce, comment nous demeurons dans l’ac-
tion de grâce tout au long de notre semaine ? Est-ce nous savons dire merci ?

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.